Coaching scolaire - comment étudier - courbe de l oubli - barbara bloquiaux

Comment ne pas oublier ce qu’on apprend ? Evitons de perdre 70% en une semaine?

« Oh non, j’ai tout oublié. Pfff, je vais rater, je me souviens de rien. ». Voilà un refrain que nous entendons souvent en classe. Il est donc normal de chercher et partager avec eux comment ne pas oublier ce qu’ils apprennent.

Il se trouve qu’en début d’année, j’aime expliquer aux enfants pourquoi je vais leur demander d’étudier régulièrement. De petites quantités mais très fréquemment.

Et non, les devoirs et leçons ne sont pas là pour les ennuyer. Non, le but n’est pas non plus de les faire crouler sous la besogne.

La raison est simple mais beaucoup l’oublie ou ne la connaisse pas du tout.

Comme vous le savez, je suis à la fois enseignante et coach scolaire. Et tout ce que j’ai appris et continue d’apprendre via les formations est au service de ma casquette de prof (mais aussi de maman).

Avez-vous déjà entendu parler de la courbe de l’oubli ? Celle-ci nous vient du psychologue Ebbinghaus. Et elle nous donne des informations sur comment ne pas oublier ce qu’on apprend.

Notre cerveau est un muscle. Et qui gère, stocke, active ou désactive notre mémoire ? C’est lui, oui.

Du coup, comme tout autre muscle, il doit s’entretenir. Nous devons en prendre soin. Etre bien reposé, bien s’hydrater, manger sainement, tout cela va contribuer au bon fonctionnement de notre cerveau.

Mais ce n’est pas tout. Etant donné qu’il travaille beaucoup, traite énormément d’informations, nous allons devoir lui donner un petit coup de pouce si nous ne voulons pas qu’il se débarrasse de nos apprentissages.

En effet, lorsque le Big Boss (notre cerveau) constate que nous ne nous servons pas de tels ou tels acquis, que nous pratiquons très rarement telle compétence, il va les placer aux « oubliettes ». Il sera alors extrêmement compliqué d’aller rechercher ce souvenir.

Ce fameux Ebbinghaus  l’a bien compris et a décidé d’analyser la durée qu’il nous faut, en moyenne, pour retenir ou oublier une information. Il a tracé un joli schéma bien scientifique pour exposer ses propos. Détestant les graphiques, j’ai hésité à vous le présenter. Mais il est quand même assez chic et choc (pour le chic, peut-être pas).

Comme vous le voyez, les résultats sont surprenants. Bien entendu, il faut tenir compte du temps passé sur l’apprentissage et sur notre qualité de mémorisation.

Mais, sachez que, sans réactivation, sans « rappel », votre Big Boss va commencer son travail d’oubli au bout de 10 minutes. Oui oui, au bout de 10 petites minutes à peine, il entame le processus « delete ».

Je vous rassure, il y a moyen de l’en empêcher ou de le ralentir.

 Alors comment faire pour ne pas tout oublier si vite ?

La répétition est l’un des éléments clés. Plus vous répétez une action, plus vous vous entraînez, plus elle va s’ancrer dans votre mémoire. Elle finira, dans certains cas, par devenir un automatisme. Apprendre à marcher ou à conduire sont les plus bels exemples en la matière.

Le soucis, dans le domaine scolaire, est que les enseignants n’ont pas toujours suffisamment d’opportunités pour faire ces répétitions en classe.

Je prends un exemple concret : je donne cours de langues 1h par semaine chez les « petits ». Bien entendu, je vais leur faire répéter autant que possible les nouveaux apprentissages en classe. Mais, il se passe une semaine sans se voir jusqu’au prochain cours. Cela signifie que : sans petit devoir, sans leçon, sans une réactivation à la maison, le cerveau de ces enfants va perdre environ 70 à 80% de la matière si l’on en croit la courbe d’Ebbinghaus.

Alors évidemment, nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne. Certains ont une capacité de rétention incroyablement élevée. Mais pour d’autres, au contraire, elle est peut-être plus faible.

Vous comprenez mieux maintenant l’importance des devoirs et leçons ?

Attention, j’insiste sur un point. Il ne s’agit pas de donner du travail qui dure des heures ni même des demi-heures.

Lorsque je parle de réactiver la mémoire, il s’agit de prendre 5 minutes par jour pour se souvenir de ce qu’on a appris.

Un petit exercice à proposer à vos enfants est de tenir un carnet. Chaque jour, invitez-les à noter tout ce qu’ils se souviennent avoir fait, avoir découvert à l’école. Vous pouvez aussi, s’ils n’aiment pas écrire, leur proposer de le faire verbalement. Ou pourquoi pas sous format de journal vidéo.

Un autre petit « test » pour vous, adultes, essayez de vous rappeler ce que vous avez mangé hier, avant-hier, et reculez jusqu’à une semaine en arrière. Alors ? Vous constatez que , de fait, vous avez oublié ? Maintenant vous savez pourquoi.

Les examens approchent, il n’est pas trop tard pour rappeler à vos ados l’importance de réviser un peu chaque jour. Qu’ils prennent 5 à 10 minutes tous les soirs pour relire leurs cours.

Et si vous souhaitez leur expliquez simplement pourquoi, voici une petite vidéo illustrant mes propos.

Enfin, si vous vous rendez compte que malgré un travail régulier votre enfant ne s’en sort pas, peut-être faudra-t-il revoir sa méthode de travail. Et, comme j’en parle ici, c’est là qu’un coach peut intervenir.

 

1 réflexion sur “Comment ne pas oublier ce qu’on apprend ? Evitons de perdre 70% en une semaine?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.